Les rénovations du Cégep en mode écologique

NOUVELLES INFO-CÉGEP / INFO-Cégep 2018 / Les rénovations du Cégep en mode écologique
  • Le tri des métaux est effectué par M. Serge-André Pellerin du Service des ressources matérielles





Depuis 2012, le Service des ressources matérielles a opté pour la récupération et la revente de certains matériaux étant donné que le Cégep de Granby est en processus d’agrandissement et de rénovation depuis quelques années. Cette idée originale du coordonnateur du service, M. Denis Gauthier, connaît un succès grandissant.

Une année record

Lors des premières années du processus de récupération et de revente de matériaux, le Service des ressources matérielles amassait quelques centaines de dollars avec la revente des matériaux provenant de la démolition préparant les travaux de rénovation. Au cours de l’année 2017-2018, le service a amassé 1936,85 $, un record! En 6 ans, la revente des métaux comme l’acier ou le cuivre aura permis la récolte de 5207 $.

Aider l’environnement, un geste à la fois!

Cette nouvelle façon de faire est bien plus qu’une simple source de financement. M. Gauthier souhaitait trouver une solution écologique et économique à la démolition lors des rénovations. Au départ, l’argent récolté aidait au financement du Comité d’Action et de Concertation en Environnement (CACE). Cette année, puisque le CACE a obtenu 2000 $ en remportant le Concours de recyclage de piles, le montant record amassé servira à d’autres projets en lien avec l’environnement.

Un processus efficace

Lors de la démolition, un tri des différents métaux comme l’acier, l’aluminium, le cuivre et le laiton est effectué, avant de les envoyer à une compagnie qui achète ces composantes afin de les revendre. Un pas de plus pour diminuer l’empreinte écologique du Cégep de Granby. « Moi j’aime bien ça, parce que c’est une contribution à l’environnement, puis c’est dans notre nature à tous au Cégep d’essayer de faire notre part. » explique M. Gauthier.

 

Une publication du Service des communications
Collaboration : Sabrina Krause, finissante en Sciences humaines